(Vidéo) Philippe Barre, fondateur du projet Darwin à Bordeaux, chantre des « bâtisseurs »

L’Express
Darwin Bordeaux« Il est écrit où le dogme selon lequel un entrepreneur ne peut pas être humaniste ‘ » : à 43 ans, Philippe Barre, fondateur de Darwin, projet urbain ayant jeté les bases à Bordeaux d’un modèle inédit de développement économique durable, défend les « bâtisseurs » contre les « bétonneurs ».
Patrons de start-up, employés d’entreprises en co-working, responsables d’une ferme urbaine, clients du restaurant bio, touristes en goguette et prochainement mal-logés accueillis en logements d’urgence… l’espace Darwin, sur la rive droite à Bordeaux, est en perpétuelle ébullition.
Tout commence en 2006 lorsque Philippe Barre, patron d’une agence de communication bordelaise, cherche un lieu de travail à partager, avec l’idée de mutualiser cantine et espaces de détente. Suite de l’article

En savoir plus : Le projet Darwin de Philippe Barre défend les bâtisseurs, le Point

Reportage de la chaine Public Sénat (50 min)

Conflits d’aménagements : du « NIMBY » au « NIABY »

De Hugo Soutra, pour la Gazette des communes
Manifestation contestation Center parcLa forme des conflits a évolué, tout comme le profil des protagonistes et l’argumentaire mobilisé. Le développement des « Zones à défendre » et la coallition formée entre opposants locaux et militants extérieurs au territoire empêche aujourd’hui les aménageurs de décrédibiliser leurs adversaires en les accusant d’égoïsme. Suite de l’article

Intercités : 1,5 milliard d’euros pour renouveler les trains des principales lignes

Intercités SNCFFrance Info
Le gouvernement va lancer un appel d’offres pour renouveler le matériel roulant à hauteur d’1,5 milliard d’euros et souhaite se désengager des lignes de nuit.
Le secrétaire d’Etat en charge des transports, Alain Vidalies, présente ce vendredi les orientations du gouvernement concernant l’avenir des trains Intercités. Il a annoncé que 1,5 milliard d’euros seront consacrés à renouveler les trains qui circulent sur les quatre lignes les plus importantes du réseau d’ici à 2025. Des lignes jugées « structurantes ». 30 rames supplémentaires seront commandées à Alstom. Suite de l’article

En savoir plus : Les trains de nuit sacrifiés pour sauver les Intercités, Centre presse

Le campus new-look de Paris-Jussieu

De Bruno Monier-Vinard, pour Le Point

Jussieu
© Architecture-Studio

Après quinze ans de travaux de rénovation, l’immense damier de la faculté Pierre-et-Marie-Curie achève sa refonte dans le 5e arrondissement de Paris.
Sur le campus de Paris-Jussieu, le dernier volet (secteur est) s’inscrit dans le respect des extensions précédentes et du profil originel du carreau universitaire conçu par Édouard Albert, emblématique de l’architecture sur dalles des années 60. Désenclaver et ouvrir le campus vers la ville, tel a été l’objectif principal de l’agence Architecture Studio associée ici au paysagiste Michel Desvigne.
Un nouveau tissage des espaces publics s’accompagne d’une large végétalisation. Suite de l’article (Payant)

En savoir plus : Architecture Studio : coup de génie sur le campus de Jussieu, TP News
Paris : le nouveau campus de Jussieu enfin terminé !, le Parisien

 

La ville de Marseille veut redynamiser son centre après l’avoir un peu dynamité

De Florent de Corbier, pour la Marseillaise
Marseille centreAprès plusieurs années de frénésie commercialo-immobilière, la Ville de Marseille y met un frein. Une bonne nouvelle pour les enseignes de l’hyper-centre.
Marseille a-t-elle surestimée l’appétit commercial de ses habitants et touristes ? Car après des ouvertures à foison (Terrasses du Port, Docks, Voûtes de la Major et bientôt Prado-Vélodrome ou des rénovations (rue de la République, Bonneveine, Centre Bourse, Valentine) dans un temps très rapproché, la Ville a décidé de geler la construction de pôles commerciaux. Sur les 200 000m2 de nouvelle surfaces prévues, 150 000m2 ont été réalisés. « Je pense qu’on va s’arrêter là» , a annoncé, avant-hier sur les ondes de France Bleu Provence, Solange Biaggi, l’adjointe (LR) au maire déléguée au commerce. Exit donc le projet en friche de Bleu Capelette. Suite de l’article

Le projet CDG Express mis sur les rails

Le point
Roissy Charles de GaulleLe coup d’envoi à la réalisation du projet CDG Expres a été donné par le gouvernement, marquant les prémices de la construction d’une liaison ferroviaire rapide entre Paris et l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle censée voir le jour à l’horizon 2023. La décision a été donnée via une ordonnance publiée vendredi au Journal officiel (JO).
L’ordonnance prévoit de « confier la mission de conception, financement, réalisation et exploitation de l’infrastructure à une société, filiale de l’établissement public SNCF Réseau et de la société anonyme Aéroports de Paris ». Une « partie minoritaire du capital social de cette société de projet » pourra être ouverte à des tiers, selon ce texte qui définit les modalités de réalisation de ce chantier estimé à 1,6 milliard d’euros. La construction de cette liaison ferroviaire « ne donne lieu à aucune subvention de l’État », souligne un rapport accompagnant l’ordonnance. Suite de l’article

Quelles solutions pour augmenter les terrains disponibles ?

De Delphine Gerbeau, pour la Gazette des communes
ChantierLe sénateur Daniel Goldberg a présenté le 16 février devant la commission des affaires économiques du Sénat un rapport sur la mobilisation du foncier privé en faveur du logement. Réclamée depuis des années par les professionnels, la réforme de la fiscalité est en ligne de mire, mais les outils de l’urbanisme opérationnel doivent aussi être mieux utilisés.
La « libération du foncier » est le serpent de mer des politiques du logement depuis plusieurs années. L’ensemble des professionnels s’accordent à dire que la hausse du coût du foncier, due notamment à son manque de disponibilité, est l’un des facteurs d’explication de la crise du logement. De nombreux rapports ont déjà été produits sur le sujet. Suite de l’article

En savoir plus : Comment mobiliser le foncier privé en zone tendue ?, Batiactu

La Métropole Aix Marseille Provence enfin opérationnelle

De Rémy Mario, pour le Moniteur

Grand MarseilleAu cœur d’un imbroglio politico-judiciaire, la Métropole Aix Marseille Provence ne fera pas retour à la case départ. Le Conseil constitutionnel a validé la composition du conseil métropolitain à 240 membres. Il va pouvoir prochainement se réunir.
Un sévère revers pour les opposants à la mise en place de la Métropole Aix Marseille Provence: en validant la répartition des sièges entre les communes telle que validée par le Parlement sur la base de «l’amendement Gaudin» (un conseil métropolitain composé de 240 élus dont 108 représentants de la ville de Marseille) et en déclarant conforme à la Constitution et au principe d’égalité devant le suffrage l’attribution de sièges supplémentaires à certaines communes en fonction de leur importance démographique, le Conseil constitutionnel a nettement clarifié la situation et le futur de cette nouvelle collectivité. Suite de l’article

En savoir plus : La métropole d’Aix-Marseille-Provence entre en lice, Batiactu

La ville en friches, où en est la reconversion à Lisieux ?

Ouest France
LisieuxSaint-Gobain, Castres, l’hôtel Regina… Certains lieux désertés ont réussi leur reconversion. D’autres, en revanche, résistent à la requalification.
À Lisieux, quand on fait le tour de ce qu’en termes d’urbanisme on appelle les dents creuses, c’est-à-dire un espace vide ou sous-utilisé entouré de parcelles bâties, on recense désormais une douzaine de sites, dont la moitié est d’anciennes usines et pour l’autre moitié des lieux commerciaux devenus vides.
La requalification d’un lieu est compliquée car avant d’envisager une nouvelle vie, il y a souvent de nombreux problèmes à régler, comme l’appétit financier des propriétaires, la dépollution ou le Plan local d’urbanisme, lorsqu’il s’agit d’un changement d’affectation. Voir le reportage photographique

Plus verte la ville

De Catherine Mallaval, pour Libération
Alexandre ChemetoffDès les années 80, l’architecte-paysagiste Alexandre Chemetoff plantait des bambous dans Paris. Balade dans ses chantiers de prédilection.
On peut rêver de plaquer sa rue. L’asphalte. L’air shooté au dioxyde de carbone. Le gris qui manque de vert. De tout planter. Filer en Islande pour reprendre souffle dans les artères de Reykjavik, qui tire son énergie des entrailles brûlantes et soufrées de sa terre. Prendre un billet pour la Suède, destination Malmö et ses éco-zones. Ou s’envoler pour Vancouver qui pompe toute sa force dans les vagues, le soleil et le vent. Mais la rue est-elle plus verte chez nos voisins ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’une rue verte ? Suite du portrait