Urbanisme et écologie

Entretien par Jean-Baptiste Caridroit deSteve Perkins, pour Limite,

Immeuble-vegetalise-jardin-suspendu.jpgAncien vice-président du CNT (Center for Neighborhood Technology à Chicago) aujourd’hui à la retraite, Steve Perkins se confie à Limite par skype. Il nous raconte comment le groupe de militants écologistes s’est transformé par son expertise technique en l’un des cabinets de conseil en urbanisme durable les plus écoutés aux États-Unis. En particulier, il pose un regard professionnel sur les transports publics.

Quelle est l’histoire du CNT?

Tout commence dans les années 70 avec la fondation du magazine des Neigborhood Works. Grâce à lui, les acteurs travaillant sur le terrain pouvaient se nourrir des travaux de chercheurs et d’exemples d’un autre quartier. Puis en 1978 nous avons entrepris une réalisation concrète qui a fait la couverture du New York Times. Nous avons construit une « solar greenhouse » dans le sud tragique de Chicago, c’est-à-dire une maison dont le toit végétalisé permettait de produire de la nourriture dans ces espaces urbains appelés « food deserts ». Ce ne fut pas exactement un succès technique et commercial mais plutôt une expérience et nous avons ensuite développé une expertise en efficacité énergétique des bâtiments (aujourd’hui Elevate Energy). Enfin, à la même période, nous nous sommes opposés au gigantesque projet du Deep Tunnel, qui devait recueillir l’eau de pluie – polluée par la ville – dans une citerne étanche. Grâce à notre contre-programme Rain Ready, nous avons ralenti cette usine à gaz. D’une part l’eau n’est pas un déchet mais une ressource et d’autre part, la solution artificielle de la ville s’avère inefficace puisque le changement climatique apporte plus de précipitations que le tunnel ne peut en contenir.

Cette histoire résume l’ADN de CNT toujours à l’œuvre aujourd’hui : l’inspiration, la recherche et les données du magazine, l’entrepreneuriat concret et l’expérience du business dans les solar greenhouse, et enfin surtout la prise de conscience avec le Deep Tunnel d’à quel point toutes ces problématiques sont façonnées par les politiques publiques – apportant parfois la maladie au lieu du remède. Le fondateur Scott Berstein avait cette vision directrice pour Chicago que la protection de l’environnement passe par un développement local. Suite de l’entretien

Publicités

Les villes moyennes à l’épreuve des transitions

Fondation Jean Jaurès

Les transitions économique, culturelle et sociale aujourd’hui à l’œuvre entraînent des bouleversements sociétaux et environnementaux majeurs. Les modes de vie et d’habiter évoluent et, avec eux, les territoires aussi. Dans ce contexte, les villes petites et moyennes font face à des problématiques multiples. C’est le cas concernant l’offre de logements, souvent mal adaptée à la demande et aux nouvelles réalités. Une réalité que l’on retrouve aussi au sujet des mobilités, peut-être plus difficile à organiser ici qu’ailleurs, dans les grandes agglomérations.

Un débat réunit :
– Philippe Archias, directeur Innovation urbaine au sein du groupe Chronos ;
– Olivier Bouba-Olga, économiste, professeur des universités en aménagement de l’espace et urbanisme ;
– Benoît Calatayud, membre de l’Observatoire Énergie et développement durable de la Fondation Jean-Jaurès,
et est animé par Achille Warnant, coordinateur pour la Fondation Jean-Jaurès du rapport sur les villes petites et moyennes.

Développement Durable : Paris offre un nouveau modèle au monde (Vidéo)

AGEFI

Paris – Bois de Vincennes

Ce sont les villes qui se trouvent en première ligne de la guerre contre les émissions de carbone. Plus de la moitié de la population mondiale vit en zones urbaines et chaque semaine ce chiffre augmente de 1,5 million de personnes. Les villes produisent 85 % du PIB de la planète et tandis qu’elles n’occupent seulement que 0,5 % des terres du globe, elles produisent 80 % des émissions de carbone.
Quel impact un acteur financier tel qu’une banque peut-il bien avoir sur les villes ? Comment le secteur financier accompagnera-t-il la transition vers des villes plus durables ?
Si une ville dans le monde espère bien pouvoir répondre à cette question, c’est Paris. La Ville lumière ou capitale de l’amour espère désormais devenir la ville du développement durable.
Cette mission a démarré en 2007, lorsque Nicolas Sarkozy alors président de la République, déclarait que Paris allait être la figure de proue du développement progressif du XXIème siècle, qu’elle montrerait la voie en matière de réduction des émissions, qu’elle serait une ville plus heureuse, avec une meilleure intégration sociale des différentes communautés. Les transports publics s’étendraient davantage pour relier les banlieues. La Seine ainsi que ses affluents serviraient de mode de transport,. Ce serait aussi une ville intelligente (smart city) où les représentants du gouvernement et du secteur privé maîtriseraient et géreraient des données.

La déclaration était osée. Mais Paris sert en effet de laboratoire à des idées dans cette lignée. Pour rappel, il s’agit d’une capitale ancestrale : mélange d’héritage médiéval, de remodelage radical du Baron Haussman entre 1853 et 1870 et berceau d’architectes modernes expérimentaux. L’histoire est donc un obstacle. Contrairement à Shanghai ou à Brasilia, le gouvernement ne peut pas démolir purement et simplement des pâtés de maison entiers et reconstruire à nouveau. Suite de l’article

En savoir plus (vidéo) : Entretien avec Vincent Callebaut, architecte « Paris Smart City 2050 » et Francesco Bandarin, architecte, urbaniste, ancien n°2 de l’UNESCO. En matière d’environnement Paris aimerait montrer l’exemple. Mais comment faire pour réduire de 75 % ses émissions de gaz a effets de serre ?

Train du Climat : une exposition itinérante pour partager les connaissances scientifiques et mobiliser autour des solutions territoriales

Mediaterre

Résultat de recherche d'images pour "train du climat"Après s’être exposé à la Gare de l’Est à l’occasion du One Planet Summit du 7 au 15 décembre 2017, le Train du Climat va réaliser des tournées régionales dans toute la France en 2018 et 2019.

L’objectif de ce train est de présenter une exposition sur les enjeux climatiques, orientée vers la mise en œuvre des solutions dans les territoires qui seront traversés. Il permet la rencontre entre des scientifiques et le grand public, gratuitement et dans un lieu accessible à tous, hors des lieux traditionnels : les gares. Le Train fera étape durant au moins trois jours dans plusieurs villes. La première région visitée en 2018 sera la Nouvelle-Aquitaine. Suite de l’article

En savoir plus : Le site du Train du Climat

Une charte de parc naturel régional peut-elle être modifiée par les communes signataires ?

De Gabriel Zignani, pour La Gazette des communes

Parc Naturel Régional du Morvan

La charte d’un parc naturel régional est un projet de territoire concerté, approuvé par les communes, les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, les départements et les régions concernés, puis signé par l’État. Les signataires appliquent les orientations et mesures de la charte dans l’exercice de leurs compétences sur le territoire du parc. Ils sont liés par les engagements figurant dans la charte. Le non-respect de ces derniers pourra notamment être sanctionné par un non-renouvellement de classement à son échéance ou, dans les cas graves, par un déclassement selon la procédure prévue par les dispositions de l’article R. 333-11 du code de l’environnement. Suite de l’article

(Vidéo) Philippe Barre, fondateur du projet Darwin à Bordeaux, chantre des « bâtisseurs »

L’Express
Darwin Bordeaux« Il est écrit où le dogme selon lequel un entrepreneur ne peut pas être humaniste ‘ » : à 43 ans, Philippe Barre, fondateur de Darwin, projet urbain ayant jeté les bases à Bordeaux d’un modèle inédit de développement économique durable, défend les « bâtisseurs » contre les « bétonneurs ».
Patrons de start-up, employés d’entreprises en co-working, responsables d’une ferme urbaine, clients du restaurant bio, touristes en goguette et prochainement mal-logés accueillis en logements d’urgence… l’espace Darwin, sur la rive droite à Bordeaux, est en perpétuelle ébullition.
Tout commence en 2006 lorsque Philippe Barre, patron d’une agence de communication bordelaise, cherche un lieu de travail à partager, avec l’idée de mutualiser cantine et espaces de détente. Suite de l’article

En savoir plus : Le projet Darwin de Philippe Barre défend les bâtisseurs, le Point

Reportage de la chaine Public Sénat (50 min)

Nantes, une smart city en devenir

De Mélanie Longuet, pour la Tribune

Île de Nantes, Quartier Prairie au Duc
© Francois Marchand/Groupe A5/Samoa

Ecoquartiers, gestion intelligente de la consommation d’énergie, applications mobiles… Depuis plusieurs années, des projets développés à Nantes et dans son agglomération conduisent la métropole vers le statut de ville intelligente.
Les smart cities promettent, avec l’aide du numérique, d’améliorer la vie en ville à travers la mobilité, l’environnement, l’accès aux administrations… Parmi les critères qui définissent ces villes, la maîtrise de la consommation en énergie est capitale.
Face à une croissance de sa population, Nantes et son agglomération se sont lancées dans « une politique de renouvellement urbain et de développement durable ». Suite de l’article

UPS au far west de l’urbanisme

De françois Pelletant, pour le Huffington Post
Dans quelques heures, la société américaine United Parcel Service (UPS) aura vraisemblablement le feu vert du Tribunal Administratif de Versailles pour implanter en Île-de-France sa mega plate-forme logistique, sur des terrains de 148 hectares normalement réservés pour le développement des sciences du vivant du génopole d’Evry, ville du premier Ministre.
Adieu recherche, science, excellence française, progrès médical, Téléthon; bonjour camions, gasoil, pollution, exploitation, profit. Suite de l’article

Loi Littoral : trente ans, et après ?

De M.B., pour Environnement Magazine
plage-saint-colomban-carnacLa loi Littoral du 3 janvier 1986 s’est révélée un précieux atout pour lutter contre le bétonnage des côtes et gérer la forte pression s’exerçant sur le littoral. Trente ans après, son co-rédacteur Lucien Chabason est revenu sur sa genèse et son actualité, devant un parterre de spécialistes réuni le 16 février à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri).
Rares sont les lois faisant autant consensus que la loi Littoral. Du moins auprès des habitants car les élus sont souvent plus remontés contre son application, jugée à géométrie variable. Synonyme dans les esprits d’une côte protégée, respectée, cette loi consacrant juridiquement un terme jusque-là essentiellement géographique – le littoral – fut instaurée il y a trente ans pour préserver la qualité des paysages et de l’environnement côtier. Suite de l’article

Quel devenir pour le modèle « Natura 2000 » à la française ?

De Philie Marcangelo-Leos, pour Localtis
Natura 2000Réduction des moyens budgétaires de l’Etat, régions devenues autorités de gestion des fonds communautaires, nouvelles grandes régions, future Agence française pour la biodiversité, autant d’évolutions majeures invitant à trouver une nouvelle manière d’intégrer Natura 2000 dans une politique territoriale mobilisatrice pour les régions. Un rapport publié le 12 février avance plusieurs scénarios possibles d’amélioration du dispositif. Suite de l’article