Plus verte la ville

De Catherine Mallaval, pour Libération
Alexandre ChemetoffDès les années 80, l’architecte-paysagiste Alexandre Chemetoff plantait des bambous dans Paris. Balade dans ses chantiers de prédilection.
On peut rêver de plaquer sa rue. L’asphalte. L’air shooté au dioxyde de carbone. Le gris qui manque de vert. De tout planter. Filer en Islande pour reprendre souffle dans les artères de Reykjavik, qui tire son énergie des entrailles brûlantes et soufrées de sa terre. Prendre un billet pour la Suède, destination Malmö et ses éco-zones. Ou s’envoler pour Vancouver qui pompe toute sa force dans les vagues, le soleil et le vent. Mais la rue est-elle plus verte chez nos voisins ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’une rue verte ? Suite du portrait

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s