La ville en friches, où en est la reconversion à Lisieux ?

Ouest France
LisieuxSaint-Gobain, Castres, l’hôtel Regina… Certains lieux désertés ont réussi leur reconversion. D’autres, en revanche, résistent à la requalification.
À Lisieux, quand on fait le tour de ce qu’en termes d’urbanisme on appelle les dents creuses, c’est-à-dire un espace vide ou sous-utilisé entouré de parcelles bâties, on recense désormais une douzaine de sites, dont la moitié est d’anciennes usines et pour l’autre moitié des lieux commerciaux devenus vides.
La requalification d’un lieu est compliquée car avant d’envisager une nouvelle vie, il y a souvent de nombreux problèmes à régler, comme l’appétit financier des propriétaires, la dépollution ou le Plan local d’urbanisme, lorsqu’il s’agit d’un changement d’affectation. Voir le reportage photographique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s