Le contre-projet d’un architecte pour éviter l’expulsion d’un bidonville

De Sylvain Mouillard, pour Libération
Roma-Camp-Petite-Ceinture-Paris-Photo-by-Leopold-Lambert-5Olivier Leclercq a imaginé avec les habitants d’un campement du nord de Paris, qui commencent à être évacués ce mercredi, la construction d’un village de maisons écologiques, à ses yeux plus efficace pour l’insertion à long terme.
C’est le plus grand bidonville de Paris. Le campement de la porte de Clignancourt, où vivent plus de 300 personnes principalement roms, devrait être démantelé mercredi, ou au plus tard dans la semaine. Tous les habitants se savaient en sursis depuis septembre : la justice, saisie par SNCF Réseau, le propriétaire de ce terrain de la «petite ceinture», a ordonné leur expulsion. Quant à la mairie du XVIIIe arrondissement, elle considère que le lieu est «dangereux», notamment en cas d’incendie. Olivier Leclercq, de l’agence Air Architectes, s’inquiète de cette probable expulsion, qu’il juge contre-productive. Avec les habitants du bidonville, il a imaginé un contre-projet, qu’il décrit à Libération. Suite de l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s